Notre odyssée vers les iles Turquoises

Déconnecté du monde depuis 5 jours, nous avons maintenant accès à Internet. Voici un récit de notre dernière traversée.
 
Lorsque l’on décide de faire une traversée de nuit, cela implique une certaine préparation : il faut cuisiner quelques repas et grignotines prêts à manger (souvent on ne veut pas resté dans le carré bien longtemps de peur que le mal de mer nous attrape), mettre les lignes de vie (quand on voyage la nuit en mer, on s’attache au bateau par sécurité), vérification du moteur, vérification du gréement et finalement vérification de la météo (est-ce que les vents et les vagues sont en ligne avec les prévisions?).
Pour notre traversée de Clarence Town vers Mayaguana, le départ est prévu à 15 :30 et l’arrivée vers 10 :00 AM. Il faut naviguer 125 miles nautiques.  Finalement après une petite sieste, on largue enfin les amarres qui nous retiennent à la marina Flying Fish.  Une première pour nos moussaillons, ils nous aident avec cette manœuvre. Camille retient la garde avant et Eugène est à poste avec une défense flottante au cas où le bateau frotte le quai.  Le vent est faible et la manœuvre se passe comme prévu, les enfants sont fiers d’avoir participé à cette nouvelle manœuvre.  Les vagues sont longues et la mer plutôt calme.  Par chance que nous sommes partis de jour car nous devons surveiller quelques bouées qui cachent peut-être des cages ou filets de pêcheur.  Le soleil se couche rapidement derrière nous et laisse place à une belle lune, presque pleine.  La nuit, la lune est notre porte-bonheur.  Elle nous éclaire mais malheureusement disparait trop rapidement derrière les nuages.  Le bateau file bien avec des pointes à 8 nœuds. Nous sommes à moteur et avons le courant avec nous. La navigation se passe bien. Les enfants sont couchés : Eugène dans sa chambre et Camille avec nous sur le plancher dans le cockpit.  Nous avons décidé de faire des quarts de nuit de 3 heures.  Le temps passe relativement vite.  Avec un peu de musique dans les oreilles, on surveille la route sur le GPS afin de garder le bon cap et vérifier s’il y a des bateaux en vue.  Vers 2h00 AM, c’est le quart à Eugène, je peux enfin me reposer un peu.  Nous contournons les petites iles de Plana Cays, plus que 30 miles nautiques à parcourir vers une direction plus Sud-Est.  Les vagues sont moins confortables, le bateau tape souvent dans la vague qui vient plus de face.  Un vrai vacarme!  Est-ce que les vagues sont plus grosses?  La nuit les vagues semblent toujours plus grosses.    Viens rapidement mon quart de veille.  Une chance que l’aube se pointe le bout du nez.  Nous approchons de notre baie ou nous allons passer notre dernière nuit dans les Bahamas, à Mayaguana.  Il s’agit d’un mouillage très particulier.  Nous sommes protégés des vagues de l’Est par un mur de coraux invisible sur l’eau.  Il faut se fier à notre GPS afin de traverser l’entrée de ce mur dissimulé.  Ensuite le capitaine est à la proue afin d’identifier les coraux à éviter.  Au fond de la baie, il y a 4 voiliers dont 3 québécois, les équipages de Vomo, Panache et Wind Spirit.  Vomo vient nous dire coucou.  Nous sommes contents de notre traversée. Un peu fatigué mais relax.  Nous décidons de rester au bateau afin de nous reposer pour la petite traversée de demain vers les iles turquoises.  L’eau est belle et chaude.  La baignade est bonne.  La nuit sera calme.
En route vers les Iles Turquoises!
Le réveil est plus difficile ce matin.  Nous ne sommes plus habitués à nous réveiller au son du cadran.  Il est 6 :00 AM.  Le levée de l’ancre se fait à 7:00 AM.  Le soleil se lève, la mer est calme et le vent modéré (7-12 nœuds).  Nous quittons pour un nouveau pays, les iles Turks et Caicos.  Une destination dont je rêve depuis longtemps.  Nous y allons avec notre bateau, notre maison, nous sommes chanceux!  Camille m’a dit  bien assise sur le petit banc à l’avant du voilier: « Quand je me suis levée ce matin, je savais qu’on aurait une belle journée! ».  Camille aime les vagues longues, pas trop grosses.  On lève la grande voile et on sort le génois, on éteint le moteur.  Le soleil brille, la brise est bonne.  Un peu de musique de Katy Perry, la vie nous fait un beau cadeau aujourd’hui.  Notre navigation est paisible, zen.  Vers 14:00 nous traversons le Caicos Bank avec vigilance car il est peu profond, de 10 à 12 pieds.  La pluie se jette sur nous et nettoie notre bateau salé par la mer.  Nous jetons l’ancre dans la baie de Sapodilla vers 15:30.  On hisse le drapeau jaune (nous sommes en quarantaine pour 24 heures).  Trop tard pour faire les douanes*,  ca ira à demain matin.  Nous planifions rester aux Turks et Caicos pendant une semaine en attendant qu'une fenêtre météo nous permette de traverser vers la République Dominicaine.  Nos voisins de mouillage, 4-5 catamarans de 40-60 pieds de long.  Un autre voilier québécois, l’équipage de La Jeannoise.  Nous les invitons sur notre voilier pour un 5 à 7 et planifions quelques sorties ensemble pour découvrir l’ile de « Provo » (Providenciales).

Julie en direct de Sapodilla Bay, iles Turks and Caicos

*Pour les navigateurs que ca intéresse, les frais de douanes sont de 100$/7 jours.
Belle voile sous un ciel bleu
Bonjour Camille!
Petite séance de photo!
Le capitaine travaille fort! :-)
L'eau est bleu comme une piscine!

Commentaires

  1. Rafraichissant merci de partager ;-)

    Jacques D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jacques!
      Un peu de soleil et de chaleur en ce milieu d'hiver québécois :-)
      Julie

      Supprimer
  2. Bonjour à vous quatre, Je trouve aussi que le capitaine se laisse aller du côté barbe...! c'est-t-y un rasoir électrique et vous ménagez l'électricité... alors là je comprends! C'est beau de vous lire, continue, Julie, de nous faire partager vos naviguations, tu écris très bien, c'est l'fun...d'avoir toutes ces nouvelles et photos en direct!!!Bonne continuation et bon vent, comme dirait Goeroges Pernoud!!! Ma tante Sylvie xxxxxxxxxxxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ma tante Sylvie,
      Ouin il se laisse aller coté barbe le capitaine... je crois que s'est plutot pour le coté look, il a toujours revé de se la laisser pousser... mais job de comptable oblige. Mais ce n'est pas idéal pour la plongée, l'eau rentre dans le masque car il colle moins à la peau :-)
      Merci pour tes bons souhaits! Nous en aurons besoin ce soir, nous traversons le Mona Passage, est-ce que tu l'as déjà fait? Entre la Rep. Dom et Puerto Rico. Nous quittons ce soir vers 17:00 pour une navigation de 24 heures.
      Ta nièce Julie xoxox

      Supprimer

Publier un commentaire